ICONOCHEESE


Le blog d'une cyberfromagère

De la beauté du mot FROMAGE

Publié le
Déambulation textulactique…

Il y a dans le mot FROMAGE correctement articulé, dans la mélodie qu’il joue, dans le son de son F appuyé par les dents, dans le grondement de son R et l’arrondi du O, dans la caresse des deux lèvres sur le M, dans l’ouverture béante de son A et le chuintement de son G, l’anatomie d’une bouche française qui laissera sur le carreaux les dictions salivantes de ceux qui s’essayent à la langue de Colette.

 

Le FROMAGE est français car c’est en français que son nom colle à la bouche. Qu’est-ce qu’un CHEESE pointu donne à comprendre d’une pâte coulante qui charge l’arc palato-glosse de nos cavités buccales d’une épaisseur d’herbe et de lait gras ? Le CHEESE se tient du bout des doigts sur un cracker. Le FROMAGE s’empoigne et se fourre goulûment entre les dents, le fromage est glouton.

Ce mot capture le foin, l’eau qui perle sur la prairie, le bruit de boue sous le sabot, celui de la cloche dans le vent. Le bruissement de deux pelages de chèvres qui se frottent au réveil. 

Après avoir quitté le monde de la Communication, je découvre l’univers de la Fromagerie en tant que crémière-fromagère à Paris durant 3 ans. Aujourd’hui à mon compte, j’écris et je communique sur le fromage et l’art culinaire en général.

4 thoughts on “De la beauté du mot FROMAGE

Effectivement le mot même “fromage” est une invitation au “voyage”. ces deux mots ont quelques lettres en commun ! Est ce un hasard ? Merci pour cet article

Hmm tu m’as mis l’eau à la bouche, comme quoi le pouvoir des mots… 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :