ICONOCHEESE


Le blog d'une cyberfromagère

Comment choisir sa fromagerie

Hier soir j’étais à Saint Ouen, invitée à dîner chez un ami, avec d’autres amis et quelques bouteilles de vin. Notre hôte travaille dans le cinéma. Beaucoup de gens que je croise chez lui travaillent dans le cinéma. Autour de la table hier, ils étaient quatre à évoluer dans ce domaine. Et je me suis dit, soudain, mais quelle aubaine ! Je ne sais jamais quel film regarder, je zone souvent sur Internet à la recherche d’un long-métrage et je finis fréquemment par regarder quelque chose de décevant. Cette recherche dans les méandres de filmographies est source d’agacement pour moi. Alors j’ai sorti une feuille et je l’ai posée sur la table, en plus d’un crayon. Je leur ai demandé de lister leurs films préférés. C’était facile pour eux et tellement utile pour moi !

Comment en revient-on au fromage ? Tout simplement, je me suis dis: ce qui est aisé pour eux me fait souvent défaut et ce serait vraiment génial de pouvoir profiter de leurs connaissances. Nous y voilà.

Après avoir vendu du fromage pendant trois ans, je suis devenue plutôt éclairée en ce qui concerne le choix d’une sélection de fromages, pour un repas ou pour la semaine. Voici donc quelques conseils qui permettront à tout à chacun d’intégrer facilement l’achat de fromage dans sa vie et donc, d’apporter un peu plus de bonheur à chaque jour.

Je commence ici une série d’articles qui répondront à des questions en ce domaine, parfois obscure, et pourtant accessible à tous. Choisir sa fromagerie, choisir son fromage, conserver son fromage, présenter un plateau, se régaler au mieux !
Je commence cette série pas le commencement…

acheter-du-fromage

Comment trouver sa fromagerie ?

Avant de parler produit, il faut parler commerçant. Aller en fromagerie n’est pas une évidence pour tous, et il est donc important de trouver l’endroit qui vous donnera envie de revenir. Je parle naturellement pour les gens qui ont le choix, qui n’ont pas qu’une seule fromagerie à 40 km à la ronde. Si vous n’avez qu’une seule fromagerie à proximité, allez-y, c’est toujours mieux que le rayon produits laitiers d’Auchan. Vous pouvez aussi achetez votre fromage sur Internet auprès de sélectionneurs avisés ! Nous sommes en 2016 nom de nom !

Pour en revenir aux fromageries en dur… Une fromagerie doit, à mon sens, avoir quelques qualités sur lesquelles il ne faudra pas trop transiger ! Ouvrez les yeux, observez, ne vous laissez pas distraire par les fromages. Bien souvent, nous oublions de regarder les boutiques, c’est pourtant fondamental !

Les idées que j’aborde ici sont naturellement poussées à l’extrême. Il est difficile d’être irréprochable en tous points. Je n’ai travaillé que trois ans en fromagerie, ce qui est tellement peu au final, et je ne donne pas de leçon de bonne conduite. Mais amusons-nous un peu quand-même !

Une boutique propre, du matériel propre, des commerçants propres

C’est une base qui malheureusement n’est pas la base pour tous ! Donc le sol de la fromagerie est impeccable autant dans la partie réservée à la clientèle que dans celle, à l’arrière, réservée aux employés. Les couteaux seront souillés de fromage et cela est normal, une fromagerie n’est pas un musée ! Mais cependant, les couteaux ne doivent pas être entassés et laissés à l’abandon ça et là dans la boutique. Les plans de travail doivent être dégagés, raisonnablement propres et surtout: pas de fromages oubliés, laissés là hors froid plus de quelques dizaines de minutes.

La fromagère ou le fromager doit être propre ! Cela peut sembler un peu abrupte comme approche mais je vous garantis que cela en dira long sur la tenue de la boutique. Qui ne prend pas soin de soi ne prendra pas plus soin de ses frigos. Il n’est pas question ici de tomber dans une folie hygiéniste, je ne mange pas de ce pain là ! Mais respecter l’hygiène, c’est important, c’est une marque de respect envers le client, tout simplement. De plus, cela aide à faire confiance et trouver une fromagerie propre aide à y revenir souvent. J’ai parfois eu à répondre à des clients qui me demandaient pourquoi je n’utilisais pas de gants de latex pour travailler. Tout simplement car je n’y arrivais pas. Plier correctement une feuille de papier autour d’un fromage était pour moi, et pour la majorité de mes collègues, une épreuve une fois les doigts recouverts de plastique. De plus, après avoir touché les pièces de monnaies, il est de bon ton de se désinfecter les mains. Autant vous dire que du gel hydroalcoolique sur du latex, personne ne le fait ! Un commerçant qui garde ses gants pour rendre la monnaie et manipuler les fromages, c’est vraiment une blague, et ça se fait trop souvent !

Exigez également des fromages bien emballés dans un papier très bien plié. C’est un critère de sélection. Respect du client mais aussi respect du produit sont ici en jeu. Quelle déconvenue, une fois arrivé à la maison, de se retrouver avec des papiers flottants autour des fromages ou du jus de Roquefort au fond du sac ! Donc on regarde bien la fromagère ou le fromager emballer le fromage: en plus, c’est joli comme de l’Origami.

Du dialogue, de la transparence, du partage

C’est terminer le temps des secrets de polichinelles, du commerçant qui garde ses sources et en sait toujours plus que vous. Choisir son commerçant c’est aussi choisir d’établir une relation avec quelqu’un qui peut vous apprendre quelque chose. On n’est pas là que pour dépenser du pognon et se remplir le bidon. Tout ceci évidemment c’est si cela vous intéresse… mais je me dis que si vous lisez ces mots, c’est que ça doit être le cas. Si vous osez aller plus loin et questionner votre commerçant, non pas pour le piéger, mais pour apprendre, je vous souhaite de tout cœur de trouver un commerçant passeur de savoir. Un commerçant qui connait ses produits et ses producteurs et qui sera heureux de voir que cela vous intéresse aussi. Les commerçants qui ne partagent pas leurs savoirs, quel odieux gâchis !
Mais soyez fins et patients, s’intéresser prend du temps. Sortez du sempiternel: IL A COMBIEN DE MOIS VOTRE COMTÉ ? Cette question, on y répond tout le temps ! Parce que tout le monde croit que c’est l’âge du Comté qui fait tout. Ça n’a pas beaucoup de sens. C’est davantage. C’est son âge, la période de récolte du lait, l’alimentation des animaux, la fruitière, le travail d’affinage et la conservation par votre fromagère ou fromager. Cette liste n’est pas exhaustive, les affineurs de Comté vous en parleraient mieux que moi ! Soyez prêts à apprendre tout ce que vous ne savez déjà !
Pour amadouer votre fromagère ou votre fromager, demandez-lui son producteur de chèvres préféré, parlez-lui des saveurs et textures que vous recherchez et laisser le vous charmer à son tour et vous guider. Consommateurs et commerçants s’unissant dans une ronde des délices, sous le soleil radieux du travail bien fait. Quelle joie ! Alors soyez à l’écoute et regardez ce que votre commerçant est prêt à partager avec vous.

le-fromage-cest

Des prix respectueux de tous

Voilà quelque chose d’important. Trop de gens pensent qu’aller en fromagerie coûte plus cher. C’est parfois vrai, parfois faux. Ce que j’explique souvent, c’est qu’il n’est pas juste de comparer les prix au kilo. C’est à dire que si vous payez votre Fourme d’Ambert 15,85€ / kg chez Auchan oui c’est plus cher qu’en fromagerie (à partir de 17€/ kg en fromageries parisiennes) mais combien pour le marketing dans ces 15,85€ ? Combien pour le packaging dans ces 15,85€ ? Combien pour la distribution dans tous les Auchan de France dans ces 15,85€ ? Au final, à combien s’élève la part réelle du prix dédiée à la production du lait, à la fabrication du fromage, à la rémunération du producteur et de l’employé de chez Auchan ? Voilà les questions que vous devez vous poser. Vous pouvez trouver d’excellents fromages entre 15 et 20€/ kg en fromagerie, et de petits chèvres à 1€ ou 2€ pièce. Pour informations, le Babybel au chèvre est à 22,58€/kg chez Monoprix… plus cher qu’un Comté Jeune de la plupart des affineurs, même les plus demandés ! La morale de cette histoire est donc la suivante et elle n’est pas de moi: ça coûte pas plus cher de bien manger.

En revanche, il est certains qu’il y a des fromageries plus chères que d’autres. On paie ici l’emplacement de la boutique, le nombre d’employés, le titre de Meilleur Ouvrier de France ou beaucoup d’autres choses comme cela mais qui n’ont rien à voir avec le fromage. Sachez qu’il existe de très gros écarts de prix entre les fromages d’une boutique à l’autre (parfois 10 ou 20€ de plus /kg) donc observez bien, c’est important. Le fromage n’est pas un luxe.

Quelque chose que j’ai souvent proposé à mes clients et que je vous invite à faire, c’est de donner un budget, si vous en avez un. Je peux vous dire que pour 15€ vous pouvez avoir une très belle sélection, qui vous durera dans le temps si vous ne mangez pas tout le premier soir. N’hésitez pas à demander, c’est toujours mieux que de partir avec un ticket trop élevé et qui ne vous donnera pas envie de revenir. Et si vous voyez que votre commerçant souffle légèrement ou fronce imperceptiblement son nez en haussant les sourcils, c’est que c’est un âne.

Du bon fromage et puis c’est tout

Bien entendu que votre fromager ou votre fromagère doit avoir de bons fromages, mais je ne vous écris pas pour vous dire ça. Je préfère vous dire faites-vous confiance: c’est vous qui mangez ! Donc développez vos connaissances du goût et apprenez à reconnaitre ce qui est pour vous un bon fromage. Si c’est trop fort, ne laissez pas un commerçant vous répétez que ça se mange comme ça. Ça se mange comme ça vous fait du bien, c’est tout. Si vous aimez le Munster frais et non affiné, c’est à votre commerçant de vous le proposer uniquement s’il est frais. Vous n’avez pas à le manger en vous faisant mal à la bouche pour contenter une fromagère qui veut finir son stock ou un fromager qui veut vous faire croire que vous devez le manger comme aimait le manger son grand-oncle Michel qui a fait 14/18. Si un fromager vous dit que vous devez manger le Camembert de Normandie bien ferme et crayeux, comme le mangent les Normands, dîtes-lui que vous êtes Breton et que vous aimeriez bien qu’il vous explique comment les Bretons doivent manger le Camembert de Normandie. Vous êtes libre d’apprécier ce que vous appréciez, à vous de mieux définir vos goûts pour pouvoir les communiquer à votre commerçant. Alors là, et seulement là, lui et vous allez vous aimez pour un bon bout de temps.

Avec ça: restez curieux et ne soyez pas que fidèles. Il y  a des pépites dans toutes les bonnes fromageries !

J’espère que ces quelques conseils vous donneront envie de partir à la quête de la fromagerie qui vous ressemble. Si vous avez des questions ou même des souhaits et requêtes pour les prochains articles, n’hésitez pas à me demander. Je reste votre petite fromagère

3 thoughts on “Comment choisir sa fromagerie

  • Lien Interne: Quand choisir son fromage devient fun – ICONOFOOD & FROMAGE POUR TOI

  • J’ai trois mini ogres à la maison et j’ai convaincu mon mari de ne plus acheter le fromage QU’EN fromagerie. Parce que l’affineur, il lui parle à ses fromages et ils le lui rendent bien 😉 Je me régale de découvrir tous tes articles sur le fromage !

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :