ICONOFOOD


Un blog sur la nourriture et l'aventure

Chez Tomohiro Hatakeyama, merci d’éteindre vos appareils électroniques

Publié le

La demoiselle nous a bien installés et servi l’alcool de prune dans des verres en terre. Les menus du jour écrits à la main sont posés sur des chaises. Une famille de japonais dîne. Deux petits garçons se chamaillent en faisant cliqueter leurs baguettes dans des bols grands comme leurs têtes. Si je portais mon yukata, j’en cacherais un dans chaque manche tant ils sont adorables. Tout est en place: le personnel attentif, nous et la caméra sur la table. Nous allons filmer ce repas et capturer la cuisine du TOMO !
C’est une danse de plats qui commence. Une succession de saveurs que nous ne connaissions pas, comme ces petites crevettes Ama Ebi à la texture fondante comme du foie gras. Les mets sont fins, riches en goût et l’esthétisme est de rigueur. J’ai pris en photo le menu pour ne rien oublier, et la caméra mange avec nous pour extraire de ce ballet le plus charmant des condensés. Le repas se termine et nous disons au revoir aux si jolies serveuses. Le chef vient nous saluer: nous inclinons tous la tête en nous remerciant les uns les autres.
Ce soir là, ce fut une soirée de belles découvertes… mais aussi un échec cuisant! Une fois la carte mémoire dans l’ordinateur, la vérité nous saute au visage: la caméra n’a pas fonctionné. Un coup d’œil à mon téléphone: plus aucune trace du menu photographié. Nous sommes dépités. Comme un sortilège puissant, la technologie semble s’être mise au diapason de cette cuisine traditionnelle. A partir du moment où le repas a commencé plus une image n’a filtré. La seule preuve de notre passage ici: le lapin malicieux.

Lapin du Tomo

Établissement:
Tomo

One thought on “Chez Tomohiro Hatakeyama, merci d’éteindre vos appareils électroniques

Ce blog est un enchantement!

Laisser un commentaire